Retour sur l'année écoulée 
Voici peut être le moment de tirer un bilan de l’année écoulée, à savoir l’année 2006/07. Cette année fut d’ailleurs difficile à plus d’un titre. Pour ce faire, je vais proposer 4 rétrospectives : retour sur le centenaire de la Concordia, retour sur l’année musicale au BB13*,bilan de l’année scolaire et enfin quelques considérations plus générales (bien que ce dernier point risque d’être ommis).



Pour la Concordia, après notre succès lors de la fête fédérale de Lucerne, cette année devait célébrer les cent ans de la fondation de la société. L’organisation de ces festivités a demandé un certain travail et l’apothéose a eu lieu vers la fin du mois de mai, après un superbe concert de gala du Brass band Willebroek (double champion d’Europe en titre) au mois de janvier. La principale ombre au tableau a été la météo, médiocre. Le 26 mai nous avons organisé le premier « With Saturday », où 14 sociétés ont défilé et joué à travers les rues du village. Le succès a été au rendez-vous. Le soir, la désormais traditionnelle soirée « Sous Vétroz Pique » a aussi été un moment mémorable, en partie grâce à l’ambiance du Jo and Jo’s Guinness Bar (et à son staff). Le lendemain, le temps a été plus que maussade et nous avons eu la pluie pour notre grand cortège, et notre première sortie officielle avec le nouveau costume. Le temps fut une réelle déception, mais très vite la bonne humeur est revenue. Ce week end s’est achevé le dimanche soir avec mes collègues du bar irlandais. La fatigue était plus que perceptible, mais cet événement mémorable a dignement fêté l’anniversaire de la Concordia.



D’autres sorties et faits marquent cette année. La photo du Mont-Fort a été une très belle journée qui s’est révélée tout à fait sympathique, malgré la mauvaise humeur de certaines personnes, lesquelles ont malgré tout apprécié notre petite escapade en altitude. Cette photo, ou plutôt ces photos vont laisser un superbe souvenir de notre centenaire. La dernière sortie dans le cadre de la Concordia s’est déroulée samedi dernier, avec la première sortie officielle du deuxième rang de cornets. Il manquait plusieurs membres, mais la soirée (une grillade devant la maison) a agréablement meublé le week end. J’ai également entièrement refait le site de la fanfare au début du printemps. Je suis très fier du résultat, beaucoup plus professionnel que l’ancienne version, tout comme je suis satisfait de nombre croissant de visiteurs sur celui-ci.

Enfin, l’autre grand événement pour la Concordia a été la diffusion du documentaire de l’été (On a cent ans !) sur la TSR. Je commencerai par les points négatifs, avant de faire l’éloge de cette saga estivale. Je regrette certains choix du réalisateur, certains musiciens apparaissant trop souvent à mon goût et d’une manière pas toujours pertinente. Mais je ne peux lui en vouloir car il présentait sa vision (et non la mienne), tout en ayant en tête le public qui allait regarder les émissions. Par contre, j’ai été plus déçu par le comportement de certains Concordiens, qui, bien que expansifs de nature, en rajoutaient clairement lorsque des caméras étaient présentes. La Concordia a existé avant cette émission et elle existera après elle.

Mais dans l’ensemble cette collaboration a été une vraie réussite. Bravo à Bertrand Theubet (le réalisateur), à Raphaël Blanc (le producteur) et à toute leur équipe pour la création de cette série documentaire. Tous les épisodes sont très bons, et certains sont même excellents. Ils ont su montrer la réalité des « fanfares » sans s’encombrer des clichés habituels. Vraiment ces émissions ont donné un coup de jeune à notre mouvement musical et nous ont offert un véritable coup de pub (les spectateurs ayant grandement apprécié la série). Finalement, je ne peux que vous inciter à commander le dvd à l’adresse http://www.concordiavetroz.ch/dvd.


L’année musicale du Brass band 13 étoiles a aussi été intense. Je ne reviendrai pas sur tout ce qui s’est passé, cela serait trop long. Le grand événement de la fin d’année 2006 a bien sûr été le championnat suisse, remporté haut la main (victoire sur le morceau imposé et sur le morceau libre). Ce succès nous a ouvert les portes du championnat d’Europe. Cette compétition devait être un couronnement. Dans un précédent billet, je faisais part de mon impatience, mais au final, ce week end à Birmingham (où se déroulait le concours) laisse un goût bien amer. La préparation a été excellente. D’un point de vue musical, le seul problème que nous ayons vraiment eu cette année concerne les aspirations d’une majorité de musiciens à propos d’un nouveau directeur invité. Je ne préfère pas m’étendre la dessus ici, même si j’ai une position très tranchée. Toujours est-il que nous étions musicalement prêts, avec un morceau imposé très beau et un morceau libre incroyable (composition de notre Bertrand Moren national).

Nous sommes partis à Birmingham (c’était le premier week end de mai…qui est décidément un moi très chargé musicalement) accompagnés d’une ribambelle de supporters. Le séjour a très bien commencé, dans une ambiance assez géniale, vraiment j’étais aux anges. Notre prestation sur l’imposé a été très bonnes, avec quelques petites loupées, mais quasiment tous les ensembles ont eu ce genre de petits ratés. Concernant le morceau libre…que dire, sinon que nous avons joué comme jamais nous ne l’avions fait par le passé. Tout a été au mieux, la prestation a largement surpassé celle de Montreux. Quel souvenir que notre sentiment de joie à la fin de la pièce, les cris de soulagement chez plusieurs musiciens. Il est difficile, voir impossible de décrire l’atmosphère sur scène, totalement irréelle, transcendante. Mais ce fut aussi un plaisir de voir une audience totalement ébahie, des supporters en folie (avec leurs petits drapeaux suisses) et une standing ovation du public. Une première ! Satisfaits, et félicités par tous les grands noms du brass band, nous avons profité de l’incontournable apéro des supporters et partagé un repas avec eux au « brass pub ».



C’est lors des résultats que nous avons déchanté. Alors que nous avons très bien joué, que les avis étaient unanimes quant à notre prestation et que même nos concurrents directs nous craignaient, nous avons fini 11e, avant-derniers. C’est la plus grosse claque du BB13* ! Franchement, ce résultat a totalement gâché le week end. Je n’ai plus eu aucune motivation pour le samedi soir, n’arrivant plus à parler. A notre retour, il a fallu s’expliquer sur le forum suisse romand des brass, expliquer mes sentiments à ce propos et affronter la mauvaise foi de nos détracteurs. Heureusement qu’un concert début juillet a permis de passer une soirée sympathique avec l’ensemble lors d’un concert au Jura, car le choc fut vraiment violent. Bien sûr je sais, nous savons, que nos pouvons faire un mauvais résultat et que le travail accompli (immense, peu de monde s’en rend compte) semble parfois dérisoire. Mais cette fois, le sentiment d’injustice, l’incompréhension, la tristesse étaient tels… maintenant je suis à nouveau motivé, il me tarde d’aller au camp musical et de recommencer les répétitions, mais vraiment cette expérience a été très dure. Comme ne cessait de le répéter Stéphane R., « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort », mais parfois il faut vraiment aimer la musique our encaisser des coups pareils. Pour finir sur une note positive, vous pouvez aller voir les vidéos de nos deux prestations à Birmingham à l'adresse:http://www.dalton.ch/bb13. Merci à ma soeur d'avoir filmé.

Enfin bref, une année qui se révèle mi-figue mi-raisin…




Passons à une petite rétrospective de l’année scolaire écoulée. J’entamais ma troisième année en octobre 2006 dans des conditions difficiles, à la fois impatient de recommencer, mais tout en n’ayant pas vraiment la tête à ça. Très vite les ennuis se sont accumulés. J’avais déjà des cours à rattraper car je n’avais pu les suivre en deuxième, mais j’ai à nouveau eu de nombreux chevauchements de cours. Puis, pour des raisons que je tairais, il m’a été très dur de suivre les cours du semestre d’hiver. Comble de malchance j’apprenais à mon grand malheur que la session d’automne n’aurait pas lieu, changement de calendrier académique oblige. Je devais donc impérativement réussir tous mes examens à la session de juillet au plus tard. En voulant m’inscrire pour la session de février, il y avait tellement de monde que je n’ai pu aller dans le bureau du service des examens. Voilé qui s’est révélé problématique puisque je me retrouvais dans une situation délicate : je devais passer tous mes examens en juillet (et au pire en refaire durant la session de rattrapage de septembre). Pour ne rien arranger les choses, le module à option, que j’avais commencé en archéologie classique ne m’a pas plu. Je devais donc faire un module entier en plus au semestre de printemps, mais je ne savais pas dans quelle branche. Enfin, en écrivant à un prof de philo pour lui demander des précisions sur 2 cours que je n’avais pu suivre, il m’a répondu que c’était contre le règlement, que je devais aller voir le responsable du département. A ce moment, j’étais persuadé que j’allais rater mon année hem… tristounettt

Le semestre d’été fut très chargé et je me demande comment j’ai pu tenir le coup physiquement. Je devais en plus faire mon travail de mini mémoire en histoire et je savais que j’aurais énormément d’examens en juin (j’ai raté le NJBB à cause de ça grrr). Après m’être à moitié engueulé avec l’employée du service des examens, j’ai commencé cette folle session. Avec comme résultat extrême un 3 en logique. Mais là, la chance a tourné (bien que d’un autre côté la chance n’a pas forcément grand-chose à voir avec cela). Non seulement cette note était liée au TP du semestre d’hiver, mais en plus les notes sont calculées sur la base de modules entiers, et non pas par demi-modules. Moi qui pensais profiter du règlement et avoir une note en dessous de 4, voilà que mon 3,75 était ajouté à mon5,5 en philo des sciences… Ce fut une excellente surprise. Dans l’ensemble, la session s’est extrêmement bien passée, avec un seul 5 et autrement que des notes supérieures. J’ai eu 5,5 sur mon mini mémoire, alors que je nourrissais de grandes craintes à son égard. Ma prof m’a même dit qu’avec des corrections il aurait pu être excellent et m’a encouragé à continuer mes études.



Maintenant je respire, les soucis administratifs ne sont pas terminés, mais j’ai toutes mes notes, il faut juste que je puisse faire enfin créditer tous mes modules et j’aurais mon Bachelor en histoire et philo. Sur ce point, je suis très heureux de la tournure des événements car j’ai vraiment passé une mauvaise année (tant sur le plan intellectuel que sur le plan personnel) et paradoxalement j’ai réussi ma meilleure année au niveau des notes depuis bien longtemps (et l’école primaire). Il n’y a aucune moyenne officielle, mais ce Bachelor s’achève avec une moyenne générale de 5,2 environ, donc je suis satisfait.

Je vais commencer un Master en histoire et j’espère que tout se passera bien…enfin.

Finalement, 2 victoires en quatuor, avec les Dalton et le quatuor « Génération ». A chaque fois un bon souvenir, des camarades sympas en histoire nationale, un site créé pour Bertrand Moren et d’autres projets internet. Mais le principal fait marquant de cette année (hélas…), un fait qui mériterait des pages et des pages de commentaires que je n’arriverais de toute façon pas à écrire, c’est la dispute avec Gala. Je préfère ne pas en dire plus. On s’entendait tellement bien, vraiment je m’ennuie et je regrette la manière dont les choses se sont passées…I miss you. tristtte



Bref, après ce long épisode 36/15 my life, je pense avoir fait fuir tous les lecteurs habituels du blog, mais je pense que cette rétrospective est importante pour moi.

A bientôt et salutations
JFK


[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 924 )
A propos d'un tout-ménage à vocation politique... 
Voici ce que je viens de lire sur monelection.ch:


On me signale une recommandation tournant en Suisse allemande pour renvoyer une certaine initiative xénophobe non signée à son expéditeur (un commentaire explicite n’est pas interdit toutefois). Le montant de la facture sera calculé en fonction du nombre de retours. Il paraît que si tous les Helvètes devaient s’exécuter, c’est 4 millions que l’UDC devrait débourser… N’oubliez donc pas que la place du torchon rouge et blanc que vous venez de recevoir n’est pas sur le tas des vieux papiers, mais dans la boîte jaune la plus proche. Et surtout, faites passer le mot !


Source: http://www.monelection.ch/blog/message. ... sageID=332

EDIT du 31 juillet...

Le Temps en parle aussi ici.


D.S. Miéville, Berne
Mardi 31 juillet 2007

Absente du Grütli, mais présente dans les boîtes aux lettres, ainsi peut-on résumer la position de l'UDC à l'occasion de la fête nationale. Si les citoyennes et citoyens critiques envers la politique et les méthodes des amis de Christoph Blocher savaient s'organiser, certaines opérations de marketing a priori fort habiles pourraient se retourner contre le parti, passé maître dans ce genre d'exercice. Il en va ainsi pour le courrier tous-ménages expédié à l'occasion du 1er Août afin de récolter des signatures pour l'initiative populaire demandant l'expulsion des délinquants étrangers. On sait que l'UDC a reçu à cette fin une contribution d'un sponsor romand, aussi anonyme que généreux. Cela pourrait ne pas suffire, si tous ceux qu'indispose cette démarche se donnaient le mot.

C'est la NZZ am Sonntag qui lève ce lièvre dans sa dernière édition. Les esprits malins appellent d'ores et déjà à bien renvoyer à l'UDC son courrier pré-affranchi, mais avec un formulaire vierge de toute signature. Il en coûterait au parti de 70 à 80 centimes par envoi. Si les 4,5 millions de ménages ayant bénéficié des sollicitations de l'UDC suivaient ce conseil, la facture se monterait à 3,6 millions de francs pour le parti. Et cela sans récolter beaucoup de signatures supplémentaires. Le geste généreux du sponsor anonyme, qui a déboursé 500000 francs pour permettre à l'UDC d'exprimer de la sorte son patriotisme, pourrait en fin de compte se révéler coûteux pour son bénéficiaire. La Poste, sans doute, ne s'en plaindrait pas.



Bien sûr peu de gens vont faire cela, mais je trouve l'idée assez cocasse.


[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 1065 )
Nuage 



Photos prise depuis ma chambre, 29 juillet 2007.

[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 2.9 / 964 )
La Thèse du Poulet 
La scène : Un poulet au bord d'une route. Il la traverse.
La question : Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ?

RENÉ DESCARTES : Pour aller de l'autre côté.

PLATON : Pour son bien. De l'autre côté est le Vrai.

ARISTOTE : C'est la nature du poulet de traverser les routes.

KARL MARX : C'était historiquement inévitable.

CAPITAINE JAMES T. KIRK : Pour aller là où aucun autre poulet n'était allé auparavant.

HIPPOCRATE : En raison d'un excès de sécrétion de son pancréas.

MARTIN LUTHER KING JR. : J'ai la vision d'un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.

MOISE : Et Dieu descendit du paradis et il dit au poulet : " Tu dois traverser La route". Et le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.

RICHARD M. NIXON : Le poulet n'a pas traversé la route, je répète, le poulet n'a JAMAIS traversé la route.

NICOLAS MACHIAVEL : L'évènement important, c'est que le poulet ait traversé la route. Qui se fiche de savoir pourquoi ? La fin en soi de traverser la route justifie tout motif quel qu'il soit.

SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traversé la route révèle votre fort sentiment d'insécurité sexuelle latente.

BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau Poulet Office 2003, qui ne se contentera pas seulement de traverser les routes, mais couvera aussi des oeufs, classera vos dossiers importants, etc.

BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet.

GALILEE : Et pourtant, il traverse.

BERNARD LANDRY : Le poulet a peut-être traversé la route, mais il n'a pas encore traversé l'autoroute.

L'EGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 10 000 euros par séance, plus la location d'un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.

BILL CLINTON : Je jure sur la constitution qu'il ne s'est rien passé entre ce poulet et moi.

EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.

JEAN CHAREST: Le poulet n'a pas encore traversé la route, mais le gouvernement y travaille.

JACQUES VILLENEUVE: Je ne comprends pas, théoriquement, le poulet, il avait le temps de passer.

RICHARD VIRENQUE : C'était pas un lapin ?

LARA FABIAN: PASKEEEEEEUUUUUHHHH !!!

KEN LE SURVIVANT : Peu importe, il ne le sait pas mais il est déjà mort.

JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu'il sait qu'il la traverse, tu vois la route c'est sa vie et sa mort, la route c'est Dieu c'est tout le potentiel de sa vie, et moi Jean Claude Super Star quand je me couche dans Timecop quand le truck arrive je pense à la poule et a Dieu et je fusionne avec tout le potentiel de la life de la road ! Et ça c'est beau !

FOREST GUMP : COURS POULET COURS !!!

STALINE : Le poulet devra être fusillé sur-le-champ, ainsi que tous les témoins de la scène et 10 autres personnes prises au hasard, pour n'avoir pas empêché cet acte subversif.

GEORGE W. BUSH : Le fait que le poulet ait pu traverser cette route en toute impunité malgré les résolutions de l'ONU représente un affront à la démocratie, à la liberté, à la justice. Ceci prouve indubitablement que nous aurions dû déjà bombarder cette route depuis longtemps. Dans le but d'assurer la paix dans cette région, et pour éviter que les valeurs que nous défendons ne soient une fois de plus bafouées par ce genre de terrorisme, le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique a décidé d'envoyer 17 porte-avions, 46 destroyers 154 croiseurs, appuyés au sol par 243000 G.I. et dans les airs par 846 bombardiers, qui auront pour mission au nom de la liberté et de la démocratie, d'éliminer toute trace de vie dans les poulaillers à 5000 Km à la ronde, puis de s'assurer par des tirs de missiles bien ciblés, que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un poulailler soit réduit à un tas de cendres et ne puisse plus défier notre nation par son arrogance. Nous avons décidé qu'ensuite, ce pays sera généreusement pris en charge par notre gouvernement, qui rebâtira des poulaillers suivant les normes de sécurité en vigueur, avec à leur tête, un coq démocratiquement élu par l'ambassadeur des Etats Unis. En financement de ces reconstructions, nous nous contenterons du contrôle total de la production céréalière de la région pendant 30 ans, sachant que les habitants locaux bénéficieront d'un tarif préférentiel sur une partie de cette production, en échange de leur totale coopération. Dans ce nouveau pays de justice, de paix et de liberté, nous pouvons vous assurer que plus jamais un poulet ne tentera de traverser une route, pour la simple bonne raison, qu'il n'y aura plus de routes, et que les poulets n'auront plus de pattes. Que Dieu bénisse l'Amérique.


[ 1 Commentaire ] ( ( 21 vues ) )   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 959 )
La descente aux enfers de la petite reine 
Voilà 11 ans, l'affaire Festina avait ebranlé le monde du cyclisme. Il y a eu tant de bonnes résolutions, mais je n'y croyais pas vraiment. Mais l'illusion d'un renouveau était bien présente. Et entre parenthèse, comment des gens peuvent-ils soutenir Virenque de nos jours?


Cette année, les révélations abondent sur le Tour de France. Vraiment, après le scandale de l'an dernier, nous étions en droit d'attendre une reprise en main du cyclisme. Mais non... les coureurs se moquent toujours des gens.

C'est pourquoi je soutiens à 100% les medias qui ne parlent plus de cyclisme, je soutiens Adidas qui ne veut plus s'impliquer dans ce sport. Les dopés (et Dieu sait s'ils sont majoritaires) se moquent de leurs sponsors, ils trichent et ne méritent plus de recevoir leur salaire. Si un employé ne "joue pas le jeu", il est viré, et bien je crois que des licenciements massifs devraient être mis en place.

Il faut que les gens se détournent de ce sport, que les sponsors se désengagent, que les équipes disparaissent et que les tricheurs se retrouvent au bord de la route. Ils sont des criminels, d'un point de vue juridique bien sûr, mais aussi moralement. Le cyclisme est en soi un sport complet, attirant des milliers de personnes. Mais le Tour de France est également, selon moi, un événement fort intéressant. J'ai eu pendant de nombreuses années un grand plaisir à regarder les paysages défiler, observer les tactiques des équipes, sans parler de mémorables étapes de montagne.

Les dopés ont détruit tout cela, ils détruisent le cyclisme et à ce titre ne méritent pas mieux que le mépris.



[ 1 Commentaire ] ( ( 20 vues ) )   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 909 )
Absences sur le blog 
Bonjour,

Cela fait maintenant plusieurs mois que le blog est plus ou moins à l'abandon, avec des apparitions fort sporadiques de ma part. Plusieurs raisons expliquent cet état des faits, et le manque de temps dû aux études tient sans doute une place de choix.

Ceci dit, j'espère avoir le courage et l'envie de recommencer à publier quelques billets de temps en temps. J'aimerais également mettre à jour mon site personnel, mettre un CV, des images et l'enrichir de quelques travaux réalisés dans le cadre de mes cours.


Merci à celles et ceux qui viennent régulièrement sur le blog, et à bientôt
JFK


[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 881 )
La Concordia sur la TSR 


Depuis près de 2 ans, une équipe de la TSR suit la Concordia dans chacun des moments qui marquent la vie d'une société en route vers ses cent ans d'existence. De la fête fédérale au concert annuel, en passant par le camp musical, les vendanges ou les concours de solistes, l'équipe de Bertrand Theubet a ainsi immortalisé les instants les plus marquants, témoignage des activités intenses de la Concordia.



Le fruit de ce travail sera diffusé dès le 22 juin 2007 au travers de 6 épisodes de 20 minutes. Baptisée "On a cent ans", cette saga estivale montrera les différentes facettes d'une société de musique. De plus, dès la fin de l'été, un DVD souvenir de l'émission sera disponible. Il est déjà possible de le commander à l'adresse http://www.concordiavetroz.ch/dvd.

Les dates de diffusion

Diffusions les vendredis sur TSR1 à 20h05:
22.06.07
29.06.07
06.07.07
13.07.07
20.07.07
27.07.07



Rediffusion les lundis à 20h05 ou 20h30 sur TSR2
Attention peut-être encore décalé d'une semaine en raison de la programmation des sports pour Alinghi
02.07.07
09.07.07
16.07.07
23.07.07
30.07.07
06.08.07






[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 908 )
Le grand départ!!! 
Je ne suis plus beaucoup venu sur le blog ces derniers, par manque de temps. C'est dommage car j'aurais eu plusieurs choses à dire, en aprticulier sur les élections françaises.


Mais voilà, je pars demain très tôt pour l'Angleterre, direction Birmingham!

Le Brass band 13 étoiles va représenter la Suisse au championnat d'Europe des brass bands.

C'est parti!

[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 949 )
L'or des Thraces 
Superbe exposition!

L'antikenmuseum de Bâle accueil en ce moment même une exposition consacrée aux merveilles archéologiques de la Thrace, située en Bulgarie actuelle. Du néolothique jusqu'à la domination romaine, de nombreux objets du pays des Odryses figurent dans cette exposition. Nombreux sont ceux qui viennent de la fameuse "vallée des rois
Thraces". Il s'agit d'une vallée où, un peu comme la vallée des rois égyptienne, de nombreuses sépultures de rois sont enterrées. C'est ainsi que cette vallée est parsemée de monticules artificiels renfermant des tombes. Malheureusement, l'archéologue officiel de la Bulgarie ne ferait pas vraiment son travail et ressemblerait plus à un pillard qu'à un véritable scientifique.



Parmi les merveilles de cette exposition, de nombreux objets en or sont présents. Certains sont d'un raffinement extrêmes et très détaillés. La pureté de l'or est d'ailleurs très impressionnante.

Cette exposition vaut vraiment le coup d'oeil et devrait ravir à la fois les amateurs et les éclairés.

[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 949 )
Qualité de vie: Genève et Zurich devant 
Comme l'an dernier, Zurich et Genève arrivent en tête du classement des villes où il fait bon vivre, selon une enquête annuelle sur la qualité de vie publiée lundi par le cabinet de conseil Mercer HRC.
Les villes d'Europe et d'Australie continuent d'occuper les premières places. Zurich devance de très peu Genève, selon ce classement.


Viennent ensuite à la troisième place ex-aequo Vancouver et Vienne, suivies par Auckland et Düsseldorf (5ème ex-aequo). En bas de tableau, l'étude recense plusieurs villes d'Afrique, comme Brazzaville (214e place), Bangui (213e) ou Khartoum (212e). Sans surprise, Bagdad reste bon dernier.
Paris 33e
Paris est la première ville française de ce classement, se positionnant à la 33e place (idem qu'en 2006), talonnée par Lyon qui gagne une place, passant de la 37e à la 36e position.

L'étude, qui «vise à aider les gouvernements et grandes entreprises dans l'affectation internationale de leur personnel», établit un classement entre 215 villes du monde.

Elle a été élaborée à partir de 39 critères, prenant en compte les facteurs politiques, économiques, environnementaux, la sûreté, la santé, l'éducation, les transports et les services publics.

ats/tac

On peut constater plusieurs choses:
1) si beaucoup d'enteprises viennent s'implanter en Suisse, ça n'est pas seulement pour des raisons fiscales, mais aussi parce que le cadre général est meilleur qu'ailleurs

2) De nombreuses grandes villes ne sont pas si bien classées parce qu'il y a plus d'insécurité, mais aussi une moins bonne administration et pas mal de désagréments tel que grèves, conflits sociaux etc.
Autant donc habiter une ville plus petite et moins "fashion", mais avec moins de problèmes pratiques.

3) En fin de compte, on est pas si mal lotis que cela en Suisse.

[ Ajouter un commentaire ]   |  [ 0 Trackbacks ]   |  Lien permanent  |  Lien relatif  |   ( 3 / 967 )

Précédent Suivant